FLEURS DES ALPES
 

Herbier peint par Auguste BONTHOUX (1897 -1925) présenté par le peintre et sculpteur Georges GASTALDY


 

Auguste Florentin BONTHOUX qui a peint cet herbier de fleurs des Alpes est né en 1853 à Poligny, petit village des Hautes-Alpes, dans la vallée du Champsaur. Les exploitations agricoles de ce merveilleux coin de France sont de petites tailles, voire toutes petites. Celle de ses parents était d'une dizaine d'hectares. Ce n'est pas la Beauce !
Comme de nombreux hauts-alpins de cette époque, la nécessité le pousse à partir à l'aventure : la conquête de l'ouest américain, l'Eldorado. Son frère cadet de 2 ans, Valentin, l'accompagne. Ils débarquent sur la côte Est à Ellis Island à New-York et partent pour l'Ouest. Dans ces années 1875, les pistes sont une véritable épopée. Le chemin de fer qui relie les 2 côtes vient d'être ouvert en 1869, mais il coûte cher, trop cher pour les 2 frères immigrants. Cette terrible traversée coûte malheureusement la vie à Valentin qui se noie en traversant une rivière. Auguste arrive enfin à San-Francisco , mais n'est pas conquis par ce pays inhospitalier qui a tué son frère. Il continue alors sa route vers l'ouest, et quitte l'Amérique pour l'Australie où il fera carrière de géomètre pour l'administration Australienne. Durant toute sa vie professionnelle il revient un seule fois à Poligny. Mais dès qu'il prend sa retraite, en 1914, au début de la grande guerre, il retourne dans son village natal où il retrouve son frère Tranquille (le bien nommé selon les anciens Polignacois qui l'ont connu) qui a repris l'exploitation. Tranquille comme Auguste sont restés célibataires.

Les autres frères et sœurs ont quitté Poligny. Zoé Bonthoux épouse Gastaldy, ma grand-mère, institutrice puis cafetière, est décédée avant ma naissance. Camille, mon parrain, s'est engagé afin de faire ses études de médecine. Médecin militaire, il sera un parrain que je n'ai jamais vu. Emilie, suite à on ne sait quel événement, a totalement disparu de la mémoire familiale. Personne n'en a jamais parlé. Secrets de famille vous êtes bien gardés !

Auguste, de retour au pays natal, laisse libre cours à sa passion pour la peinture et les plantes. Durant sa longue période Australienne il avait toujours trouvé quelques temps pour peindre. Mais dès lors il parcourt les forêts environnantes, cueille des fleurs, sur les traces du célèbre naturaliste Dominique Villars nè à une lieue de là au siècle précédent. Rentré à la ferme il peint à l'huile le produit de ses cueillettes, conscient qu'un herbier peint perdurerait plus longtemps qu'un herbier traditionnel. Ses peintures n'ont malheureusement pas toujours été conservées dans de parfaites conditions. Aussi, le temps a-t-il fait son oeuvre. Le nom des plantes, précisé sur chaque planche, parfaitement calligraphié d'une écriture souvent minuscule n'est pas toujours bien lisible, les couleurs sont quelque peu passées.

Il était temps de le photographier et de le publier sur internet pour que tous les amoureux de fleurs et plantes des Alpes, tous les passionnés de dessins anciens puissent les contempler.

J'ai consacré de très nombreuses heures à la préparation de ce site : scan des peintures, mise en page (il y avait souvent plusieurs fleurs sur la même feuille n'ayant en commun que leur date de cueillette, j'ai donc dû les isoler pour les reclasser), réalisation des programmes (un par fleur + un par page de présentation), recherche d'un hébergement que je souhaite sans publicité. Je suis heureux, par ce travail, de faire revivre ce grand'oncle que je n'ai jamais connu, mais qui m'a probablement transmis sa passion de la peinture à laquelle j'ai ajouté celle de la sculpture et des vitraux, après ...., tout comme Auguste, une vie professionnelle bien remplie. Aimé, mon 2 ème prénom, est le nom d'artiste que j'ai adopté. Il était à la fois celui de ma marraine et le second de mon parrain et oncle Tranquille, le plus jeune frère d'Auguste.