Notre Histoire

A l'origine se trouvait une villa Gallo-Romaine qui portait le nom de son propriétaire (Pauliniacum) qui vient du latin Paulinus. Poligny "terre d'église". Au Moyen âge, un château existait à l'emplacement de l'actuel village. Il est connu en 1271 comme « Castrum de Pollinaco » ou « de Polligneco ».
 

Détruit pendant les guerres de religion, il n'en reste rien. Cependant un ensemble de bâtiments du village actuel a conservé la disposition en U des anciennes dépendances du château.

Les habitants de Poligny désignent toujours ce groupe de maisons comme « le château ».
 

Les habitants de Poligny sont des POLYGNACQS
 
Si aujourd'hui, Poligny comme le Noyer se trouve à l'écart des grandes voies de communications, pendant des siècles, il fut un lieu de passage important. Il faut savoir qu'avant 1786, l'ancienne route empruntait l'itinéraire suivant :
Corps, le Pont Bernard, Lesdiguières, Lacou, Les Evarras, Poligny, Saint-Bonnet. 

La Chapelle Saint Étienne, qui se trouve non loin du village, est un lieu sacré depuis le VI ème siècle après Jésus-Christ. C’est en ce lieu (au bord de la route romaine dont le tracé a pu être retrouvé par des recherches) que fut construite la première et unique église du plateau de Poligny et du Noyer dédiée à Saint Étienne.

Le village de Poligny est surtout connu pour son imposante et obscure forêt où les conifères côtoient volontiers les feuillus. Elle est parcourue d’un important réseau de chemins favorables à la cueillette des champignons : morilles, chanterelles, lactaire sanguin…
A la lisière de cette forêt, sur les contreforts du Dévoluy, une vaste clairière, c’est le site de Saint Étienne ou Saint Estève.

La commune de Poligny s'étend sur une superficie de 13,81 km2 avec une altitude oscillant entre  896 m et  2082 m. Elle est constituée de 3 villages  : le chef-lieu, les Forestons, et Villeneuve, auxquels s'ajoute un petit groupe de maisons, les Basses Baraques.
                                                                        

Blason des Poligny

De gueules à trois chevrons d'argent au chef d'or chargé d'un renard passant de gueules.

Personnalités liées à la commune

Jacques de Poligny

Jacques de Poligny (1545- 1592), noble et homme de guerre, fut un des lieutenants de François de Bonne de Lesdiguières.

De la branche aînée de la famille héritière dès le XIIIe siècle de la coseigneurie de Poligny en Dauphiné, Jacques était le fils de Pierre II de Poligny, qui fut lui-même officier sous les ordres de François de Bonne avant de devenir gouverneur de l'arsenal de Grenoble.

En 1576, Jacques de Poligny se rangea aux côtés de de Bonne lorsque celui-ci prit la tête de la révolte des protestants en Champsaur. Il défendit la Mure contre le duc de Mayenne en 1581, et participa aux combats de Sault (1587) et de Puymaure (1588). Nommé par Lesdiguières gouverneur de Gap en 1589, il combattit encore avec lui à Pontcharra et à Esparron en 1591, et fut tué au siège de Beynes le 15 mai 15921.

Il avait épousé en 1575 Doulcette de la Place, dont il eut un fils, Pierre, et deux filles. Pierre hérita du titre de coseigneur de Poligny, mais sous la tutelle de sa mère car il était mineur en 1592, et en partage avec Elie-Pierre, cousin de son père.